vendredi 22 août 2008

SACRE COEUR - 2e partie




Ensemble de petites médailles représentant le Sacré-Coeur montrant son coeur (médailles 4 et 5) mais aussi ses plaies (médailles 1 et 3) ou bénissant (médaille 2)
Le verso est plus varié : les médailles 1 et 3, identiques, montrent avec la médaille 5 (qui se limite à un buste) "Notre dame du Sacré Coeur" : une Vierge couronnée, debout sur des nuages, tenant un enfant Jésus montrant son coeur. La médaille 2 montre une Vierge assise avec un enfant Jésus semblant tenir des jouets.
La dernière médaille insiste sur l'unité entre Marie et son fils qu'elle serre dans ses bras.




Deux médailles portant un Sacré-Coeur montrant ses plaies (main droite) et son coeur, de manière classique. Au verso de la 1e : figure "Virgo Carmel ORA PRO ME" : "NDdu Mont Carmel, priez pour moi". C'est rare dans une médaille : on voit le porteur de la médaille prier aux genoux de Marie et de Jésus enfant qui semble s'en amuser.
La seconde médialle figure une Jeanne d'Arc à l'étendard accompagnée de la légende "Bienheureuse Jeanne d'Arc". Cette siante ayant été canonisée en 1920 avec Marguerite Marie Alacoque, la médaille est donc plus ancienne.
__________________________________________





Voici une médaille atypique intitulée :"Coeurs de Jésus et de Marie".
Figurent dans une mandorle les deux coeurs selon le verso habituel de la médaille miraculeuse de la rue du Bac : coeur de Jésus couronné d'épines et surmonté d'une croix ; coeur de Marie transpercée d'un glaive. Cependant, une couronne royale les surmonte et de chaque côté figure un fleur de lys, symbole royal en France. On retrouve ces fleurs de lys au verso, disposées identiquement.
Au verso, "Sainte Anne et Marie" : Anne dispense son enseignement sage à sa fille, assistée par l'Esprit-Saint qui est symbolisé, en-dessous, par une colombe.
L'insistance des fleurs de lys tendent à montrer que la médaille reflète la spiritualité du Christ Roi, et que cette médaille était diffusée, fin XIXe siècle, dans des milieux royalistes.

_________________________________________





"COR JESU SACRATISSIMUM MISERERE NOBIS"
"Coeur très saint de Jésus, ayez pitié de nous" accompagne une figure d'un Sacré-Coeur dont le visage est repris de la tradition romane carolingienne, le coeur en plus. Le verso est consacré à "ND du mont Carmel, PP nous", montrant une Vierge portant l'enfant Jésus, celui-ci portant une balance de Justice, de manière hiératique.

_______________________________________




"O JESUS ROI d'AMOUR J'AI CONFIANCE EN VOTRE MISERICORDIEUSE BONTE"
Cette phrase du verso est accompagnée, en face, d'un Jésus enfant montrant son coeur.
Médaille très diffusée sur de multiples support : toc, métal argenté, fer blanc.
_______________________________________




Cette médaille en laiton semblerait dater du XVIIIe siècle (si on s'en tient à la facture de l'image) et a été retrouvée dans une ferme en Isère. On y voit un Christ tenant son Coeur de la main gauche et le désignant par la main droite. Cette figure est accompagnée de l'invocation "Sacré Coeur de Jésus, protégez la France". Cette invocation date plus sûrement la médaille des années 1870, après la défaite de Sedan et le renouveau du pélerinage à Paray le Monial où les députés élus en 1871 se sont rendus. Il est donc probable que la figuration du Christ soit "antiquisante" à dessein, pour reprendre celles de l'époque de l'apparition.
Au verso, on voit Jésus montrant son coeur à Marguerite Marie Alacoque, au monastère de la Visitation de Paray le Monial. La gravure est accompagnée des lettres suivantes : "Apparition de IC a B MM Alacoque" (Bienheureuse Marguerite Marie Alacoque). Cette sainte n'a été béatifiée qu'en 1864 : la médaille date donc bien d'années postérieures, mais avant la canonisation de 1920.




___________________________________________________________


Médaille rare : "GLOIRE ! AMOUR ! REPARATION DU COEUR DE JESUS"
Douze étoiles supportées par deux cercles entourent les rayons émanant d'un coeur blessé d'une lance et surmonté d'une croix. Autour du coeur figure auss ila couronne d'épine. Belle composition concentrique.
Cette médaille a appartenu à un membre de la grde d'honneur du Sacré-Coeur, comme on peut le lire au verso : "CH. CONFRERIE DE LA GARDE d'HONNEUR DU SACRE COEUR" MCMXIII (1913). Le tableau représenté montre un calvaire où Jésus, pendu sur la croix, est entouré de Marie et de Jean, pendant qu'une Marie-Madeleine pleure à ses pieds en tenant la croix, à genoux. On montre le drame, pour se faire un devoir de le "réparer", en apportant sa pauvreté.

__________________________________________________






"MM ALACOQUE PPM"("Marguerite Marie ALACOQUE, priez pour nous")
Debout sur les marches de l'autel, un Sacré-Coeur tend la main gauche en direction de Marguerite Marie en position orante. C'est la représentation de l'apparition de 1689.
Au verso : "Souvenir du Jubilé se Paray le Monial - 1889" encadre un coeur blessé surmonté d'une croix et entouré d'une couronne d'épine (à l'image de la médaille précédente)

2 commentaires:

Anastácio Soberbo a dit…

Olá, goût très du Blogue.
Excuse ne pas écrire plus, mais mon français n'est pas bon.
Une accolade depuis le Portugal

Patrick Robles a dit…

Merci pour ces précieuses médailles. Dommage que la couleur du texte soit difficile à lire par rapport à la couleur du fond.

Cordialement.

Patrick.

http://parousie.over-blog.fr